Esquisse d’un travail sur la notion de travail. Pour les concours 2018 de l’agrégation de philosophie.


user

1 commentaire | Ajouter un commentaire

Publié : 13/12/2017 | Tags : travail, notion, esquisse, agrégation

1. Le travailleur et le philosophe
2. Le philosophe travailleur

1. Le travailleur regarde le philosophe avec méfiance.
2. Le philosophe regarde le travailleur qu’il est et le travailleur qu’il est regarde le philosophe qu’il est. Idée de double.
3. Le philosophe écrit sur son travail et travaille sur ce qu’il écrit (idée de double)
4. Le philosophe jette un coup d’œil sur la philosophie du travail.
Philosophie du travail dont la volonté est de travailler avec sagesse et sagacité.
Sorte de volonté de travailler en toute sagesse mais pas forcément toujours dans le respect des règles.
Le philosophe note un problème de règle en période de déréglementation du travail.
A. Le travail n’est plus fait selon les règles.
B. Les règles changent.
C. D’un pays à l’autre.
D. D’un secteur à l’autre.

A’ : il note que les règles de la recherche/demande de travail changent.
B’ : présence de la question lancinante du revenu de l’action.
Une action qui apporte un re-venu.

D’un point de vue juridique : notion de revenu minimum.
Question : quel est le contraire de revenir ? Quelque chose doit revenir en effet au travailleur : le fruit de son travail.
Le philosophe pense qu’il est bon que le fruit du travail du travailleur lui revienne.

Notion de jouissance.

Problème lancinant dont le supposé non travailleur fait les frais : une accusation.
Accusation dont fait l’objet : le travailleur non reconnu.
Il y a : être reconnu comme non travailleur.
Il y a : être connu pour ne pas travailler.
Il y a : être connu pour penser.
Il y a : être connu pour penser à la place de travailler.
Il y a ceux qui opposent travailler et penser. La tâche de penser le travail reviendrait à des penseurs (juriste – psychologues – coach etc).
Il y a ceux qui fusionnent travail et pensée et semblent faire aller l’un dans l’autre.
Idée de penser le travail et de travailler la pensée….
Il y a des partisans du en même temps mais ça peut ne pas marcher : des fois on ne peut pas penser en même temps que l’on répare une machine à laver… problème de la concentration /distraction.

La psychologie a noté qu’un travailleur perturbé psychiquement pouvait ne pas faire le travail et elle a essayé de le soigner.
La sociologie a noté qu’une société perturbée et agressée pouvait ne plus travailler.
Un psychologue perturbé est aussi un travailleur. Mais vu que son objet de travail est l’incapacité à travailler… il a comme semble-t-il un double travail… son travail de psychologue et son travail sur le travail des travailleurs…










L'herbe du diable et la petite fumée

avant, le seul travail qui vaille était celui de notre subsistance immédiate, cultiver élever, prévoir les saisons selon les besoins, la cueillette et la chasse, travailler à sa subsistance concrète et immédiate, pour soi et les siens, maintenant des tâches répétitives en dehors de tout impact immédiat, le tout pour un salaire à dépenser dans une surface dédiée à notre subsistance complètement retirée de son habitat naturel, le progrès

Laisser un commentaire

CAPTCHA Image

Copiez le code ci-dessus