Esquisse pour une théorie de la philosophie du droit d’aimer.


user

1 commentaire | Ajouter un commentaire

Publié : 05/11/2017 | Tags :




Attendre.
Il y a l’attente féminine… l’attente d’une féminine qui sait attendre ou ne pas attendre et qui souvent s’attend à quelqu’un de précis, un type, un type vraiment spécial qu’elle a trouvé en chemin, un type qui souvent va décevoir son attente… comme la maîtresse qui a des attentes à l’égard de son élève…

Il y a l’attente masculine qui s’attend à trouver chercher dans les lieux. Une masculinité sollicitatrice qui peut souvent être perçue comme harcèlement par le masculin qui s’épouvante de son fait ou de ce qui se factualise sous forme de conduite de sollicitation.

Une attente du geste d’amour ou du geste amoureux.

Lâcher / abandonner.
Ne pas lâcher / ne pas laisser à l’abandon…

La féminine attente de l’homme et de la femme et la masculine attente de l’homme et de la femme.

La philosophie distinguera : la femme féminine et la femme qui n’est ou ne serait pas féminine.
La philosophie distinguera : l’homme masculin ou l’homme qui n’est pas masculin.

Le thérritoire de la posture critique se fait en non-lieu pour le SAM (Système d’Accusation Mondain).

La peur féminine et la peur masculine
La peur de voir l’autre être être quelque chose ou quelqu’un contre toute attente…..
En vertu d’une inattention ou à cause d’une inattention.

Le système d’accusation Mondain est un système hétéro/auto accusation.
Accusation d’autrui à l’égard de soi-même, accusation d’autrui à l’égard d’autrui…
Accusation de disconvenir à la nécessité Mondaine et au principe de LAREALITE.

Souvent, ceux qui se prétendent d’un terrain accusent ceux qui n’y sont pas de ne pas connaître LEREALITE du terrun.
Pour un bureaucrate, par exemple, un paysan ne connaît que le purrin.
Pour un paysan, par exemple, un bureaucrate ne connaît que la paperasse.
Il y a un soupçon que le paysan du bureau et le bureaucrate des prés peuvent peut-être dissiper un temps.
L’organisation de LAREALITE comme AREELLE.

Nous nous faisons une image de la réalité.
De la réalité d’une femme dans sa réalité ou de la réalité d’un homme dans sa réalité.
Dire que nous nous faisons une image de la réalité est déjà une manière de dire que la réalité est une imaginarisation du réel et donc un herzatz patwortesque de vieilles choses.

Une zone. Un lieu. Dont on se fait une image par occasion et qui est le non-lieu d’une HUMANALYSE destituant le Principe de réale réalité suffisante.


G.s

Je suis de plus en plus persuadé, que l'on vit dans une illusion concrète. Punition de dieu? Potentiellement paradis? Notre environnement, ce qui nous entoure, les différents personnages de notre vie me paraisse être illusion concrète donc à ne pas négliger mais dans un relativisme. Faire de notre réalité un coin de vie le mieux qu'il puisse... :)

Laisser un commentaire

CAPTCHA Image

Copiez le code ci-dessus